« Christian Dupré, chasseur expérimenté, vice-président de la société de chasse de Confrançon, explique « l’objectif est d’éviter les accidents en sécurisant les tirs. Nous sommes dans une région avec des bois et des champs de céréales, les habitations sont dispersées, le maïs atteint jusqu’à 3m de haut. Ce matériel permet aux chasseurs d’être perchs à 1,50m et de ne pas être tenté de se déplacer. L’angle de tir sera fichant, la balle s’enfonce dans le sol sans ricocher. »

Et d’ajouter:  » A la maison, je fabrique ou répare les miradors en bois, cependant, leur durée de vie est limitée par rapport à d’autres miradors label Origin’Ain, pour la chasse, battue et affût, en kit sans soudure en tubes galvanisés découpés par une machine laser tube, réalisés par l’entreprise Jean Sogno et Fils d’Oyonnax ».

Un exemplaire est visible au Logis-Neuf jusqu’à mi-juin, ensuite il sera installé en Saône-et-Loire. Les sociétés de chassent privées commencent à remplacer les miradors en bois par ces kits de miradors avec une durée de vie bien plus longue. Tout comme chaque responsable, Christian Dupré, chef de battue, se réjouit de voir se mettre en place des formations obligatoires pour les chasseurs de grand gibier: Cette formation est dispensée par la Fédération départementale des chasseurs, nous rappelons les consignes chaque fois, désormais, chacun entend le même discours, c’est très important pour nous, sécuriser la chasse au maximum est un objectif à atteindre »

 Extrait de l’interview de Christian Dupré par Bernard Berot pour Le Progrès.

Article en entier à lire ici.